Imprimer cette page
mercredi, 20 mai 2015 04:32

Le peeling ou rajeunir en toute simplicité

Le peeling superficiel provoque une destruction des couches les plus superficielles de l’épiderme. C’est le type de peeling le plus souvent utilisé en médecine esthétique. La substance la plus couramment utilisée par le médecin esthétique est l’acide glycolique en solution plus ou moins concentrée (30% à 70%) et au pH plus ou moins acide.

L’acide glycolique est un acide de fruit (alpha hydroxy acide ou AHA) extrait de la canne à sucre, qui réduit l’adhésion des cornéocytes, ces cellules cutanées constituant la couche la plus superficielle de l’épiderme.

C’est une substance non toxique et ne provoquant pas d’allergies. Le praticien applique le produit au moyen d’un instrument (compresse, pinceau, coton…) sur la peau du visage. Plusieurs séances sont nécessaires, généralement entre trois et dix, espacées d’une semaine à un mois, en association avec des applications d’une crème contenant de l’acide glycolique le soir. Les suites du peeling sont marquées par un rosissement de la peau et une desquamation.


Peeling moyen au TCA

Il s’agit d’un peeling qui touche les couches situées sous la couche cornée de l’épiderme. Il a les mêmes indications que le peeling superficiel, réparant les lésions dues au soleil, améliorant le teint et le grain de la peau, diminuant les tâches brunes, atténuant les ridules superficielles, le masque de grossesse, les cicatrices d’acné, mais il est souvent employé en seconde intention, lorsque le peeling superficiel ne donne pas le résultat escompté.
Le produit couramment utilisé pour les peelings moyens est l’acide trichloracétique (TCA) dilué entre de 30% à 50%. Le TCA est un dérivé trichloré de l’acide acétique, l’acide du vinaigre. Substance non toxique et non allergisante, le TCA faiblement concentré, en application sur la peau dégraissée, provoque un givrage ou blanchiment et rosissement des couches superficielles de l’épiderme.
Le praticien commence par dégraisser la peau au moyen d’éther ou d’acétone et applique ensuite le TCA au moyen d’un instrument (compresse, coton, coton-tige…). Cette application est, quelque peu, douloureuse, le patient se plaignant d’une sensation de chaleur, voire de brûlure, pendant quelques minutes, lors de l’apparition du givrage de la peau. Plusieurs passages peuvent être effectués, puis des compresses humides sont appliquées pour soulager la sensation de chaleur et stopper l’action du TCA.
Le médecin esthétique détermine la profondeur d’action du peeling moyen en fonction de plusieurs paramètres :


la concentration de la solution au TCA, un peeling TCA à 50% pénétrant plus profondément qu’un TCA à 30%
la technique d’application : le frottement vigoureux de la zone à traiter au moyen d’une compresse saturée en TCA est plus agressif qu’un balayage au coton
la répétition des applications accroît la profondeur du peeling : à chaque nouvelle application de TCA durant la même séance, on crée des dégâts de plus en plus profonds dans l’épiderme
le type de peau : une peau fine est plus sensible qu’une peau grasse et épaisse
la région traitée : la peau des paupières est beaucoup plus fragile, par exemple
Les suites immédiates du peeling moyen sont marquées par l’apparition d’un gonflement de la peau (œdème) disparaissant en 2 à 3 jours. La peau devient alors brunâtre et desquame en une à deux semaines, laissant alors apparaître une peau lisse et rosée, cette couleur rosée mettant souvent plusieurs mois pour disparaître, nécessitant, auparavant, d’éviter les expositions au soleil, sous peine de voir apparaître des tâches brunes. Le médecin esthétique recommande généralement de nettoyer la peau au moyen de bombes thermales, puis de la désinfecter avec un antiseptique doux (chlorhexhidine aqueuse, par exemple) et d’appliquer des pommades grasses aidant la cicatrisation.